Nouvelles

Eskers et expropriation de 5161 « claim miniers »

ROUYN-NORANDA, LE 6 JUIN 2022

 

Le 25 mai dernier, des organismes régionaux ont demandé au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec de mettre fin aux activités minières sur 5161 claims, couvrant en partie l’ensemble des eskers de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, et de soustraire sans délai les activités minières sur les eskers ne faisant actuellement pas l’objet de titres miniers. Cette lettre était assortie d’un délai de 30 jours.

L’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ) tient à partager ses réflexions quant à cette demande. Une partie importante de nos membres sont membres de l’Ordre des géologues et de l’Ordre des ingénieurs du Québec et leur pratique professionnelle est donc encadrée. Il est de notre responsabilité d’informer le public en nous basant sur des faits et des analyses rigoureuses et documentées lorsqu’il s’agit d’actes réservés à notre pratique.

Ainsi selon, Valérie Fillion (Directrice Générale ) la demande du 25 mai, ne vise que les titres miniers, sans preuve scientifique démontrant un danger réel sur les eskers, faisant fi des autres activités qui y sont pratiquées, au prétexte d’atteindre des cibles d’aires protégées régionales, pourtant d’ordre provincial et national.

Dans cette perspective, nous considérons qu’il n’y a aucun argument rationnel permettant de conclure que la soustraction de 5161 claims miniers en Abitibi-Témiscamingue est nécessaire.

 

Le communiquer de PRESSE ICI

 

M. Jean-Yves Poitras, pour sa part nous dit que le développement durable n’est pas uniquement l’environnement, il y a les aspects économiques et sociaux. La surprotection de l’environnement va créer un déséquilibre humain.